Vous êtes ici : Accueil > La chronique de Paul HERPIN > Chronique de Paul HERPIN 2 : Ce que nous pourrions dire mardi (...)
Publié : 28 août 2015

Chronique de Paul HERPIN 2 : Ce que nous pourrions dire mardi matin

La rentrée, c’est le moment de l’année qui réunit le plus de monde dans la cour de l’école, de plus, dans une grande solennité. La tension y est palpable mais une bonne tension ou plutôt une bonne attention. Les parents et leurs enfants attendent fébrilement les premières paroles de l’année. Elles marquent, il faut en profiter.

L’an passé, nous avions d’ailleurs pu pousser un coup de gueule contre ces familles qui avaient changé leurs enfants d’école sous prétexte que « la population scolaire de Paul HERPIN laissait à désirer ». Comme s’il fallait, sans doute, qu’on sélectionne ! Nous avions martelé, au contraire, que, dans la tradition de l’humaniste Paul HERPIN, notre école était fière d’accueillir tous les enfants quels qu’ils soient. Notre école n’a pas la prétention d’avoir les meilleurs résultats du canton mais nous faisons tout ce qu’il était possible de faire pour que chaque enfant arrive à son meilleur niveau. Nous refusons, en effet, cette logique de compétition qui pousse certains à dire qu’ils sont meilleurs que d’autres, parce que cette compétition est trompeuse et repose souvent sur des données partielles ou contestables enfin et surtout parce qu’elle n’aboutit à rien de bon.

Nous y avons toujours opposé le travail, l’engagement, la remise en cause. Nous n’avons jamais eu la prétention de travailler ni plus, ni mieux que les autres, d’être les meilleurs instits du monde. Mais si il y a une chose dont je puis témoigner c’est de voir au quotidien un groupe d’enseignants qui se dépense sans compter pour que l’école tourne, innove, cherche, tente, dans le but d’intéresser les élèves à ce qu’ils font, de donner du sens à leurs activités bref et au bout du compte à tordre le cou à ce satané échec scolaire. C’est dans ce sens, que, l’an passé, l’école s’est engagée dans de multiples projets : école et cinéma, la résidence d’auteur, le projet du parc de Brotonne, la semaine anglaise, le camp olympique, le raid nature, école en chœur, les croqueurs et les dévoreurs de livres, la fête de la peinture et j’en oublie. Trop diront certains, peut-être, mais ces enseignants de l’école Paul HERPIN ne semblent pas aimer travailler à l’économie. Elle a été, de plus, un élément moteur de plusieurs manifestations USEP, le cross, le p’tit tour à vélo et la coupe athlé.

Tout cela impose le respect et c’est justement cela, finalement, que je voudrai faire partager aux parents. Il est tellement facile de dénigrer. C’est décidé, mardi, jour solennel de la rentrée, nous en profiterons pour mettre modestement mais surement en valeur l’ engagement au quotidien des enseignants et personnels de l’école. Ils le méritent bien !