Vous êtes ici : Accueil > La chronique de Paul HERPIN > Chronique de Paul HERPIN 9 : Déjà les vacances !
Publié : 15 octobre 2015

Chronique de Paul HERPIN 9 : Déjà les vacances !

Je vous le promets, c’est sincère. Même si faire la classe, ça use, et qu’on a donc bien mérité de souffler un peu après 7 semaines de bouleau, on se surprend à dire : qu’est ce que s’est passé vite ! Tant mieux me direz-vous, c’est qu’on ne s’est pas ennuyé. Entre les réunions de rentrée, la mise en route des premiers projets, le photographe, la journée sport, le théâtre, le PPMS, et j’en oublie, le temps est, en effet, passé très, très vite. Et encore, nous ne sommes qu’au 1er trimestre. Jusqu’à Noël, j’ai toujours eu l’impression que ça montait mais après ? … C’est la descente vers l’été où tout s’accélére, alors , je ne vous dis pas à quelle allure va filer le reste de l’année scolaire.
Demain, ce sera aussi, déjà, le premier Conseil d’école où l’on attend beaucoup de monde. Ce sera, sans doute, une nouvelle difficulté à gérer mais c’était le prix à payer pour ne pas que deux listes de parents s’affrontent aux élections. On a donc proposé à tout le monde de venir, maintenant, il faut assumer.
A l’ordre du jour figure notamment un point qui nous tient à cœur : La juste répartition des moyens sur le territoire de la ville. La politique de la ville définit, en effet, des écoles dites « prioritaires » qui jouissent de moyens supplémentaires que nous leur envions. Le remarquable dispositif dit des « Zaranous » en est un bel exemple. Quand nous avons demandé à pouvoir en bénéficier, on nous a opposé le fait que nous n’étions pas dans un quartier dit prioritaire, que les aides au financement n’étaient donc pas les mêmes rendant impossible l’opération pour la ville. Implacable. Ce côté, « Quartier prioritaire, école en difficulté » a toutefois des excès qui nous fâchent : Nous venons de perdre, par exemple, le bénéfice d’une EVS dont le travail a été remarquable au sein de l’école. Deux emplois civiques ont été créés dans le même temps sur le territoire de Pont-Audemer par l’Inspection Académique. Où, à votre avis, ont-ils été envoyés ? Toujours dans ces mêmes quartiers prioritaires sans regarder si à côté il n’y avait pas des manques. Notre école a eu beau faire état, à plusieurs reprises, de besoins importants réclamant des moyens supplémentaires. Rien n’y fait ! Le bouchon a même été poussé plus loin lors de la remise des récompenses aux jeunes talents de la ville. L’an passé, les trois écoles élémentaires de Pont-Audemer ont, en effet, participé avec Odile FOLTZ à des ateliers d’écriture. La restitution de ce travail en fin d’année fut d’ailleurs remarquable unissant dans une même réussite les enfants quel que soit leur quartier. Mais, au final, Nouvelle illustration de l’obsession prioritaire : on apprenait, en effet, que, seuls, quelques enfants avaient été choisis pour recevoir une récompense pour cette opération exemplaire. Critère choisi ? leur quartier prioritaire ! Comme nous sommes des gens sincères nous souhaitons le redire dans une réunion officielle pour marquer le coup : La notion de quartier prioritaire, ça nous gonfle ! Ce sera aussi l’occasion de regretter les relations quasi inexistantes entre les écoles de la ville, prioritaires ou non et ça, pour le coup, ça nous semble une priorité.