Vous êtes ici : Accueil > La chronique de Paul HERPIN > Chronique de Paul HERPIN N°11 : Le r’voilà avec sa chronique ?
Publié : 21 février 2016

Chronique de Paul HERPIN N°11 : Le r’voilà avec sa chronique ?

Le r’voilà avec sa chronique !

Dites Monsieur, vous n’aviez pas dit que vous écririez des chroniques régulières ?

Euh oui, c’est vrai mais …

Mais quoi ?

Nous sommes à la moitié de l’année scolaire. Comme on le dit souvent chez les instits’, jusqu’à Noël c’est long comme si ça montait. Puis après les fêtes, c’est comme si ça descendait, ça file. Projet d’école, réunions multiples, mise au point des voyages scolaires, préparation des évènements de la 2ème partie de l’année,mise en place de l’ULIS école, on a souvent la sensation d’avoir la tête dans le guidon et on en oublie les bonnes résolutions. Les chroniques, par exemple. De plus, les attentats de novembre, les régionales de décembre avec cette montée du front national qui fait peur, ça n’aide pas. Ajoutez une embrouille naissante entre les écoles de Pont-Audemer et vous comprendrez peut-être que je n’avais le goût à l’écriture.
La reprise en cette fin février, avec son lot de réunions en tout genre, sera peut-être l’occasion de lever les malentendus. Contrat ville, réunion cross, présentation de la nouvelle saison théâtrale, réunion pour le p’tit tour à vélo, veille éducative et j’en passe, les occasions de dialogue ne manqueront donc pas. En mettant les pieds dans le plat au sujet du carnaval, nous n’avions pas l’intention de nous mettre en avant ou de vouloir imposer quoique ce soit aux autres mais plutôt de tirer la sonnette d’alarme pour relancer les échanges. Nous devons l’avouer, notre démarche appelait des réponses et l’absence de réponses nous a surpris.
L’absence aussi d’un guide, d’animateurs, de gens qui apportent leur énergie au service de la collectivité se fait cruellement sentir. Je suis aujourd’hui convaincu que l’inspection départementale ne veut ou ne peut pas jouer ce rôle qui pourtant, à mon avis, lui revient. Peut-être qu’il manque un « Comité d’action laïque » comme j’ai eu la chance de le connaître à Beuzeville. Mais on ne rencontre pas un « Denis Sébille » tous les jours, le grand Denis ce collègue étonnant plein d’énergie communicative. En attendant, il va falloir faire sans. Demain, c’est la reprise et on est prêt quand même pour de nouvelles aventures. Je vous le promets, je vous les raconterai.